Ce n'est pas la grossesse de Josette ou le changement des pneus du camion qui ont affecté le résultat de votre exercice.

Mettez vous une bonne fois pour toute dans la tête que les imprévus ne sont pas imprévus parce que leur montant est pratiquement le même chaque année et que si ce n'est pas Josette, ce sera le camion, et si ce n'est pas le camion, ce sera la grève des uns ou des autres voire le temps qu'il fait.

Avant d'apprendre à lire, commencez à éliminer toutes ces notions farfelues qui permettent de faire de magnifiques budgets, finement élaborés, avec en plus cette fameuse ligne qui vient comme la cerise sur le gâteau : imprévus.

Poue éliminer cette tendance à prévoir l'imprévu, vous allez vous livrer à un petit exercice :

- vous allez additionner tous les comptes de la classe 6 de votre compte de résultat pour les 3 dernières années.

Ne prenez pas dans l'addition les comptes d'achats (marchandises revendues ou transformées) qui sont typiquement liés à l'activité. Selon votre secteur d'activité, vous pouvez également ne pas retenir les comptes liés au transport des marchandises achetées ou vendues.

Ne retenez pas non plus le compte "dotation aux amortissements" qui se rattache aux immobilisations et pas à l'exploitation proprement dite.

Quand vous aurez les totaux sur trois ans ( et si votre activité n'a pas complètement changé), vous constaterez que le cumul des charges est relativement stable si ce n'est qu'il est affectée par l'inflation. Pourtant, au cours de ces derniers exercices, il s'est produit des évènements différents et non comparables mais le total des charges n'en a pas été globalement affecté.

Tout ça parce que l'imprevu est cyclique  et que, globalement, sa valeur est prévisible. Mais les aléas de votre exploitation sont déjà dans les comptes et si vous avez déterminé la masse des charges annuelles, vos imprévus sont déjà dedans et il est inutile d'ajouter des imprévus aux imprévus. 

Quand vous aurez fait ce petit exercice, vous connaîtrez à quelque chose près le montant annuel de vos charges.

Imaginez l'inimaginable :

                                        Vous allez pouvoir, à la louche, connaître votre résultat à tout moment.

Un exemple simple:

- vous vendez des scoubidous que vous achetez 15 HT et revendez 23 HT

- votre marge est de 8 (23-15) soit de 34.78% (8/23)

- en trois mois vous avez vendu 50.000 HT de scoubidous

- la marge est donc de 50.000 x 34.78% soit  17390

- vos charges annuelles sont de 36000 soit 3000 par mois soit 12.000 sur 3 mois

- votre bénéfice est donc de 17390 - 12000 = 5390 pour ces trois mois.

Même si vous ne vendez pas que des scoubidous, votre taux de marge brute moyen est stable dans 90% des TPE, TPI et la référence au taux de marge moyen des 3 dernières années est normalement fiable.

Là, honnêtement, je ne pouvais pas vous faire plus simple !! un élan généreux sans doute.