Je n'ai pas l'intention de vous perdre dans les méandres des subtilités comptables mais je ne voudrais pas que votre lecture du bilan fasse abstraction de la classe 1.

Je vous ai déjà longuement parlé de la fixation psychopathe des banquiers sur ces fameux capitaux propres et sur l'incidence qu'ils ont dans les relations banque/client.

Du coup, j'ai encore "commis" un de ces gribouillages dont je vous affuble de temps en temps pour rompre la morosité :

bilan SNC

Il est beau ce bilan :

- de bons capitaux propres

- des valeurs d'actif "circulant" importantes

- un actif immobilisé financé par l'emprunt.

Il ne reste plus qu'à faire tourner la boutique pour que le tout se noie au milieu des comptes clients, fournisseurs, état, stock, liquidités et j'en passe.

Pour peu qu'il y est un léger bénéfice, nous voilà avec des capitaux propres renforcés ! Le top de la structure financière...

Vous voulez le même pour vous ?

Qu'à cela ne tienne:

-constituez une SNC (société en nom collectif) au capital que vous choisirez; peu importe les moyens, seul votre goût du grandiose prime.

   soyons fous, mettons y 1.000.000. (on aurait pu faire plus, on aurait aussi pu faire moins).

Passons l'écriture de "souscription" du capital (souscrit et appelé ne veut pas dire versé):

débit : associé capital souscrit et appelé (non versé) compte 4562xx           1.000.000

crédit :capital souscrit appelé (non versé) compte 1012xx                                                       1.000.000

 

Vous voilà déjà avec de bons capitaux propres qui ne vous ont pas coûté cher et qui ne vous coûteront rien tant que l'idée ne vous prendra pas de verser tout ou partie du capital, idée que vous pouvez remettre à l'infini si le coeur vous en dit.

En contrepartie, vous avez un actif circulant de même importance dont je ne vous dit pas qu'il est liquide (on ne peut pas aller au delà du raisonnable) mais qu'il apparait comme exigible.( envoyez vous une lettre RAR si vous voulez).

 

Dans notre exemple (le croquis), j'ai mis l'acquisition à crédit d'un élément d'actif mais c'était juste pour coloriser le tout et avoir deux postes d'actif et deux postes de passif.

Je vous le dis et le répète, la lecture d'un bilan commence par la classe 1 et même si les comptes de cette classe paraissent très souvent statiques, certains d'entre eux sont parfois les arbres qui cachent la forêt.

Je vais faire "impasse" sur les comptes 15xxxx (sauf si la demande est trop forte) parce que ces comptes sont rarement employés dans des entreprises de taille petite ou moyenne et que certains d'entre eux relèvent d'une technicité qui n'a même pas été évoquée dans les précédents articles.

pas que je doute de votre ouverture d'esprit comptable, cela va sans dire, mais j'aimerais attirer votre attention sur des choses beaucoup plus "ordinaires" et plus présentes dans des comptes usuels.

Et, bizzarement, ce qui est usuel et fréquent dans les comptes sont justement ces comptes dits "exceptionnels", ces charges et ces produits que l'on baptise ainsi ou que l'on rapporte "à des exercices antérieurs", histoire de bien souligner qu'on se trompait avant mais que maintenant c'est fini !

Je vous laisse mijoter votre projet de SNC