Honnêtement, j'ai un peu peur de vous lancer dans la classe 4 et du coup, je traîne les pieds.

Je serais tenté de m'attarder sur les stocks et de les laisser vieillir comme le bon vin mais je crois vous avoir dit l'essentiel, du moins pour l'instant.

Nous allons mettre un pied dans la classe 4 en commençant par les comptes clients, pas le 411xxx (le collectif) qui n'a pas d'intérêt par lui même, mais par chacun des comptes dont le solde individuel totalisé constitue le solde "collectif".

 

Première chose à faire : éditer une balance des comptes clients.

 

Ca vous permet de voir en quelques secondes quels sont les clients qui ont un solde créditeur.

C'est peut être élémentaire mais c'est une détection rapide des anomalies car, sauf à faire payer tout le monde d'avance ou sans facture, les comptes clients sont, par nature, débiteurs.

Dans ces comptes créditeurs, figurent en général :

1/ les clients qui ont payé 2 fois

2/ les clients qui ont payé plus que la facture (inversion, cumul de factures erroné)

3/ les clients à qui vous avez imputé le règlement d'un autre (c'est le cas le plus fréquent)

4/ les clients qui ont un avoir en instance

5/ les clients à qui vous avez fait un avoir parce qu'ils avaient déjà trop payé (?)

Et oui, parce que certains d'entre vous ont des réactions bizarres : quand un client a trop payé, ils ont tendance à lui "faire un avoir".Il en résulte que si le compte client était créditeur de 50 à cause d'un excédent de paiement, il se retrouve créditeur de 100, l'avoir s'ajoutant à l'excédent de paiement.

Certains petit malins ont bien compris; on paye 100 de plus que la facture, on demande un avoir, leur compte se voit crédité de 100 de plus et ils déduisent 200 de la prochaine facture.Si vous faites partie de ceux qui font un avoir, tenez vous pour dit que vous pouvez tomber dans ce piège.

Pour faire simple, si un client vous a réglé 50 de trop, prenez votre chéquier et remboursez le de 50 et n'essayer pas de mêler la paperasserie à tout ça saus si vous tenez à faire quelques bonnes actions.

Cette paranthèse étant faite, commencez par expliquer ou corriger les comptes clients dont le solde est créditeur.

Si un compte client est naturellement créditeur ( avoir, excédent de paiement), laissez le tel quel.

Si un compte client est "anormalement" créditeur (mauvaise imputation, différence de règlement,etc,etc,..), vous êtes maintenant des maîtres en matière d'OD réparatrices et je vous laisse faire.

Par contre, si un ou plusieurs comptes clients sont largement créditeurs sans contrepartie (stock de produits en cours ou de travaux en cours), votre lecture du bilan doit être plus assidue parce qu'une explication s'impose; le commun des clients verse rarement des sommes à fond perdu...

 

Je sais, quand on entre un peu dans le détail, on se fait parfois pénible et j'assume cette face sombre de mon personnage.

Je précise : il y a parfois un rapport direct entre les comptes clients créditeurs et la TVA.

Je précise encore : si je paye la TVA sur les débits (facturation) et que j'ai quelques soucis de trésorerie, je comptabilise les règlements des clients mais je diffère l'établissement des factures (donc le paiement de la TVA) et, si je suis pervers, je crée même un compte "factures à établir".

C'est "coup double" : j'ai encaissé, j'ai inscris mes créances à l'actif (factures à établir), j'ai même constaté mon passif TVA (TVA sur factures à établir), en gros j'ai tout fait pour valoriser mon résultat sans avoir payé la TVA.

Vous voyez où nous amène un simple compte client créditeur.

 

Vous savez que j'aime les "puristes" et donc je vais en parler :

Les puristes vont dire que le fait générateur de la TVA est la livraison et que la facture n'a rien à voir et ils ont raison.

Sauf que dans 99% des entreprises, c'est le journal des ventes qui sert à faire les déclarations de TVA (qu'y puis je ?).

Pour être, non pas puriste mais réaliste moi même, je vous précise que ce genre d'accrobatie ne concerne pas les entreprises qui payent la TVA sur les encaissements puisque le fait générateur du paiement de la TVA est l'encaissement lui même; rien ne justifie, dans ce cas, un report quelconque de facturation.

Mais voilà que je dérape encore vers de la fiscalité !

Honte à moi ! mais la "présentation" d'un bilan a tellement de rapport avec l'attitude fiscale de l'entreprise que je me sens obligé de vous en avertir, ne serait ce qu'au travers d'exemples à la fois simples et fréquents.

Il est vrai qu'un collectif client (411xxx) peut être, soit le solde des soldes, soit se présenter à l'actif pour le cumul des soldes débiteurs et au passif pour le cumul des soldes créditeurs.

Mais, dans le doute, éditez la balance.

Ne vous pleignez pas, le prochain coup on passe aux clients débiteurs et, pour l'occasion, on édite la balance, la balance agée et le grand livre !

En attendant, allez donc vous renseigner sur l'âge de la balance agée sauf si vous savez déjà ce que c'est............