Faire dans le simple, l'élémentaire, l'abordable, éviter la compta d'art et d'essai, la compta surréaliste ou philosophique !

Et pour ce faire, maintenant que l'outil comptable est maîtrisé, fixer des priorités d'analyse.

On schématise :

-  si vous êtes commerçant, inutile de focaliser votre attention sur des ratios de dépendance ou d'indépendance financière. Sachez si votre marge brute est correcte et si le stock tourne assez vite.

-  si vous êtes industriel ou artisan, voyez un plutôt du coté de la valeur ajoutée, descendez jusqu'à l'EBE, le reste ne dépend que de vous.

- si vous n'êtes ni commerçant, ni industriel, ni artisan, essayer d'avoir d'autres lectures que ce blog à moins que vous souffriez d'addiction comptable conjoncturelle ce qui, finalement, remplace sans danger d'autres addictions plus permissives.

Dans tous les cas, commencez par analyser le compte de résultat ou le SIG et quand je dis "analyser" je vais trop loin dans ma pensée : en gros, je vous parle d'un coup d'œil oblique lancé sur des comptes que vous connaissez, juste pour dire "c'est bon" ou "c'est pourri, cette année".

Si le coup d'œil vous amène à un "c'est encore pourri !", l'analyse ne s'impose plus, la compassion l'emporte.

Après, puisque vous en êtes au résultat, vous pouvez vous amuser à faire le rapport de ce résultat aux capitaux investis, aux capitaux propres, ou à n'importe quelle somme de votre convenance que vous aurez définie comme étalon. Il n'ya pas de honte à être suffisamment inoccupé pour s'inventer des plaisirs insolites.

Je fais tout de même une exception pour ceux, qui pressés par les actionnaires, calculent, avec raison, le bénéfice par action.

Quant à la majorité d'entre nous, elle se contentera d'un œil intéressé sur le résultat, la capacité d'autofinancement et l'évolution des deux par rapport aux années précédentes.

Je vous l'ai déjà dit, le compte de résultat est le seul juge de la gestion.

Si vous souffrez d'anémie de trésorerie, de rhumatismes de liquidités ou de migraine de capitalisation, leur origine était là (dans les résultats) mais il est vrai qu'il vous faudra "scannériser" le bilan pour remédier aux conséquences d'une gestion discutable. C'est alors que les termes de "recapitalisation", d' "indépendance financière", de "BFR" vont apparaître à votre chevet tels les antalgiques sur les tables de nuit des maisons de retraites.

On fera un "spécial souffreteux" la prochaine fois.